Le Chant de l'océan
  • Éditeur québécois

Toute petite, Violaine, enfant unique, perd son père, mort de la tuberculose, puis, moins d’un an plus tard, sa mère, qui succombe à la même maladie. Dans ce petit village côtier où l’argent manque et où chaque bouche à nourrir représente un défi pratiquement insurmontable, personne ne peut recueillir la fillette cruellement éprouvée. À gauche et à droite, on cherche des solutions, une façon de lui venir en aide, mais le miracle attendu ne se produit pas.

C’est ainsi qu’elle est envoyée dans les Pyrénées chez sa tante Marcelline et son oncle Albert qui l’accueillent froidement, pour ne pas dire brutalement, et se mettent très vite à lui mener une existence insoutenable. Heureusement, Sidonie Fernandez, une Espagnole aux dons fascinants et surnommée la «brouche» (sorcière), prend la jeune fille sous son aile et ne l’abandonne pas malgré les coups obstinés de cette terrible fatalité qui ne cesse de frapper impitoyablement.