Lunes de fiel

Peut-on échapper à la monotonie du couple ? Esquiver l’ennui par l’adoration, la lassitude par l’érotisme ? Telle est la question implicite que se posent les personnages de ce roman à bord du paquebot qui, dans les derniers jours de l’année 1979, les mène de Marseille à Istanbul. Le récit que l’un d’entre eux, Franz, fait à un autre voyageur, Didier, de ses amours avec une certaine Rebecca, également présente, sert de fil conducteur à leurs interrogations. Récit dont l’enjeu caché ne manquera pas d’infléchir à son tour les relations du voyageur et de sa compagne, Béatrice, avec laquelle il part en Inde pour s’évader d’une existence d’enseignants trop bien réglée.Double histoire et d’une déchéance amoureuse et d’un huis clos à l’intérieur d’un navire, Lunes de fiel est avant tout un roman de la cruauté. Des êtres en proie au désemploi de soi y cèdent à la fascination du bonheur dans la haine. Lunes de fiel, on l’aura compris, c’est l’autre face de notre rêve contemporain d’euphorie obligatoire, c’est la mise en scène des impasses de la vie privée dès lors qu’elle se replie sur elle-même et succombe sous le poids de sa propre frivolité.