Le corps encaisse
  • Éditeur québécois

Le corps de l’homme encaisse. Celui qui se comprend vieilli avance lentement, dans les douleurs, l’inquiétude, la paix, l’invention, alors que des gouffres qui l’entourent jaillissent petites et grandes violences, les désirs, les visions du monde tissées de folie et d’espoirs fous.

Avec Le corps encaisse, Roger Des Roches refabrique pour nous une langue de l’appétit, de l’éclat, de la bousculade, de la profusion. « Je plante un théâtre ici j’écrase le théâtre ici les décors la trace de la vie la chargée j’attends je suis caché je cherche la nourriture urgente j’écris devant vous je suis caché devant vous. »