La souffrance des envahis
  • Éditeur québécois

«Je pleure tellement que mes tripes vont finir par se tordre. La douleur est telle qu'elle ne se décrit pas, ne s'explique pas. Toute la nuit, je vais pleurer à me vider les larmes du corps. Steve est absent ce soir-là. À son retour, comment vais-je le lui dire? "Oh, chérie, en passant notre fils est autiste!" Et demain, quand Simon sortira de sa chambre, comment vais-je réagir?
Mon Dieu, et si je ne l'aimais plus?»