Comme un coup de tonnerre
  • Éditeur québécois

"Je déteste le cancer. Ce soir-là, je n'ai rien mangé. Ce n'est pas parce que ce n'était pas bon, non... On aurait dit que j'avais un nœud dans l'estomac. Mon père m'a regardée en se mordant les lèvres. Ses yeux sont devenus tout mouillés. Maintenant, on était deux à avoir de la peine. Non, qu'est-ce que je dis... On était trois avec ma mère. Mais non, on était quatre à être tristes, si je compte la grande sœur de ma mère. Puis cinq avec sa petite sœur et... six avec leur frère. Ça fait beaucoup de chagrin pour une seule maladie."