Les Roses de Sarajevo

Pourriez-vous tout sacrifier par amour ? Eux l'ont fait !Les Roses de Sarajevo, l'histoire vraie d'Emina et Mirko.Emina est la plus jeune enseignante de l’Académie des Beaux-Arts de Sarajevo. Pour Mirko, futur restaurateur, elle est aussi la plus séduisante ! Mais Emina est professeur et bosniaque, tandis que lui est étudiant et catholique. Deux barrières infranchissables… C’est alors qu’un vent de liberté se met à souffler sur la Yougoslavie : bientôt les nations proclament leur indépendance, et même les amours s’affranchissent des conventions ! Emina et Mirko se découvrent faits l’un pour l’autre… Mais l’Histoire se moque du bonheur des hommes. Au printemps 1992, les murs de la guerre vont se dresser brusquement tout autour de la ville. Le piège se referme… Encerclés, affamés, bombardés, Emina et Mirko s’accrochent à un dernier espoir : fuir l’Enfer. À Sarajevo, l’Amour et la Mort se sont donné rendez-vous. Au terme d’un combat sans merci, le vainqueur emportera tout…Entre rêve et cauchemar, on rit, on pleure, on espère, on a peur… On vit ! Lorsque vous quitterez Emina et Mirko, vous n’aurez plus qu’une envie : être amoureux !EXTRAITAvec le soleil et le vent des montagnes de nouveau dans son dos, le jeune homme retrouva son coup de pédale insouciant. Longeant une Miljacka étincelante, il eut même la sensation que la fraîcheur de la rivièreremontait jusque dans le creux de ses reins. Car la Miljacka était vive comme une musique tzigane. Elle filait d’est en ouest, en virevoltant sous les ponts chargés d’histoire. Éperonnée par les rochers, son écume surgissait pour les engloutir, aussi folle que ces femmes des Balkans qui, les jours de noces, tirent des coups de feu de joie dans le ciel. Dans sa farandole endiablée, la rivière réussissait à entraîner l’âme ottomane de la vieille ville avec celle des quartiers austro-hongrois. En les faisant danser et chanter ensemble, la Miljacka réunissait l’Orient et l’Occident… Tandis qu’il roulait rive droite, Mirko put même ressentir cette ivresse qui glissait lentement dans son dos, jusqu’à venir fourmiller dans sa nuque.Quelques instants plus tard, son regard fut attiré par la synagogue sur sa gauche puis, presque simultanément, par les clochers des églises et du temple qui se dressaient à leur tour sur sa droite. Ce foisonnement des religions, dans un périmètre aussi restreint, le remplit d’un bonheur intense. Et même si Mirko n’avait aucune idée de ce qui provoquait cette sensation de plénitude, il eut toutefois le sentiment que ce moment merveilleux était aussi important que fragile.CE QU'EN PENSE LA CRITIQUEAvec les Roses de Sarajevo, John-Erich Nielsen, témoin direct du supplice infligé à la ville martyre, nous replonge dans les affres d’un conflit presque oublié. Une tragédie à laquelle se fait aujourd’hui tristement écho le siège d’Alep. - Les Mots GourmandsÀ PROPOS DE L'AUTEURJohn-Erich Nielsen est né le 21 juin 1966 en France. Professeur d'allemand dans un premier temps, il devient ensuite officier (capitaine) pendant douze ans, dans des unités de combat et de renseignement. Conseiller Principal d'Education de 2001 à 2012, il est désormais éditeur et auteur à Carnac, en Bretagne.Il est l'auteur de la collection "Les enquêtes de l'inspecteur Sweeney", qui met en scène un jeune Ecossais dégingandé muni d'un club de golf improbable, mal rasé, pas toujours très motivé, mais ô combien attachant, dans la tradition du polar britannique. Sont privilégiés la qualité de l'intrigue, le rythme, l'humour et le suspense.