Une belle mort sinon rien

À la recherche du passé...Fils d’un général français, Achille voit progressivement sa vie lui échapper quand il prend part à la Seconde Guerre mondiale.L’après-guerre lui apportera ses plus dures épreuves : contraint à une vie d’agent secret par le poids d’un crime, victime de son propre mariage, et atteint d’un mal qui détruit sa conscience, il doit reconstruire son passé pour se retrouver.Ce polar historique emmène le lecteur dans l'après 1945 et montre les dégâts qu'a laissés la guerre sur l'existence humaine.EXTRAITMercredi 21 février.Je ne suis plus qu’un intrus, un voyageur précaire, un genre de mystificateur. À quoi bon m’acharner si mon ticket n’est plus valable ? Kelly, je descends à la prochaine et je voulais te dire adieu. Je vais maintenant passer par profits et pertes, ce corps qui m’a trahi, lâchement abandonné.Vais-je passer une épreuve ? Un passage escarpé tout au plus. Je ne me plains pas, dans quelques heures, j’aurai tout oublié ; mes malheurs, ceux des autres… le mal que j’ai pu faire. Je serai l’ensemble vide que je fus avant de naître, un retour au néant dans lequel je vais plonger, m’engloutir à jamais.Cette pensée me rassure. Vois-tu, je ne suis pas friand d’éternité.Je t’embrasse.Achille.À PROPOS DE L'AUTEURGilles Merlière a grandi à Angoulême avant de faire ses études à Bordeaux. Chirurgien-dentiste aujourd’hui retraité, il vit à Agadir au Maroc avec son épouse et se consacre à l’écriture entre quelques rencontres de bridge et de golf avec ses amis. À 68 ans, Une belle mort sinon rien est son deuxième roman, après Zones de turbulences.