Vingt-cinq moins un
  • Éditeur québécois

Pour mourir, il faut être vieux. Ou alors, gravement malade. On doit habiter dans un pays où c’est la guerre, très loin d’ici. Il y a aussi des enfants qui meurent de faim, ma mère le répète souvent quand je rechigne à finir mon assiette. Mais c’est ailleurs. Ici, on ne meurt pas en revenant de l’école. À 9 ans.

Entre son amour secret pour le beau Thomas et l’amitié collante d’Émeline, Ève cherche une façon d’exister. Mais quand la maladie puis la mort font brusquement irruption dans la classe, c’est toute la vie qu’il faut réinventer.